Login | Register

Un pivot de l’histoire ? – La société alsacienne-lorraine et les sorties ambiguës de la Première Guerre mondiale (1918-1919)

Title:

Un pivot de l’histoire ? – La société alsacienne-lorraine et les sorties ambiguës de la Première Guerre mondiale (1918-1919)

Döderlein, Sebastian (2016) Un pivot de l’histoire ? – La société alsacienne-lorraine et les sorties ambiguës de la Première Guerre mondiale (1918-1919). PhD thesis, Concordia University.

[img]
Preview
Text (application/pdf)
Doderlein_PhD_S2017.pdf - Accepted Version
4MB

Abstract

Cette thèse traite des différentes manières dont la population d’Alsace-Lorraine vécut la sortie de la Première Guerre mondiale. Les historiographies française et allemande approchent ce sujet de manière purement nationale : alors que les historiens allemands ne s’intéressent qu’à la période entre 1871 et 1918 (période du Reichsland), la France ne se concentre que sur la période suivant l’armistice du 11 novembre 1918. L’histoire de la sortie de guerre dans cette région frontalière est ainsi une histoire française, racontée d’un point de vue victorieux et basé sur un avenir français. Nous remettons en question cette vision biaisée de la sortie de guerre en étudiant l’expérience de la population alsacienne-lorraine entière dans une période incluant les mois avant l’armistice (lorsque la victoire française devenait de plus en plus certaine) et après l’armistice alors que le nouveau régime français s’installait.
L’historiographie prend pour acquise une séparation stricte de la population entre Alsaciens-Lorrains indigènes francophiles et immigrés allemands germanophiles. Cependant, notre analyse de statistiques démographiques, actes de mariage et innombrables témoignages contemporains a montré que la société alsacienne-lorraine était en réalité très hétérogène, et que l’intégration de l’élément allemand était beaucoup plus avancée que normalement admis. Une haine générale contre « les Allemands » n’a pas existé, et il serait trompeur de parler d’une ambiance euphorique et unanime de la part des Alsaciens-Lorrains face au retour des provinces perdues à la mère patrie.
L’étude comparative a dévoilé que de nombreux habitants, indépendamment de leur affiliation nationale, ne vécurent le 11 novembre 1918 pas comme un pivot de l’histoire, mais étaient plutôt préoccupés par les problèmes, soucis et espérances de tous les jours (le ravitaillement, la mort d’un proche ou la situation économique personnelle) – tant avant qu’après l’armistice. Ainsi, cet événement n’a pas simplement séparé la population dite « indigène » et « allemande », mais plutôt la population francophone et germanophone, catholique et protestante, urbaine et rurale, bourgeois et ouvrière, jeune et vieille. Si beaucoup d’Alsaciens-Lorrains se réjouirent de la libération, d’autres anticipaient de nombreux inconvénients dans le cas d’un retour à la France et critiquaient les « nouveaux maîtres » une fois la guerre finie. Dans ce sens, l’Alsace-Lorraine ne connut pas une seule sortie de guerre, mais plusieurs.

Divisions:Concordia University > Faculty of Arts and Science > History
Item Type:Thesis (PhD)
Authors:Döderlein, Sebastian
Institution:Concordia University
Degree Name:Ph. D.
Program:History
Date:22 November 2016
Thesis Supervisor(s):Ingram, Norman
ID Code:982003
Deposited By: Sebastian Döderlein
Deposited On:12 Jun 2017 15:45
Last Modified:22 Nov 2018 01:00
All items in Spectrum are protected by copyright, with all rights reserved. The use of items is governed by Spectrum's terms of access.

Repository Staff Only: item control page

Downloads per month over past year

Research related to the current document (at the CORE website)
- Research related to the current document (at the CORE website)
Back to top Back to top